Return to site

Agissons pour l'Agriculture du Morbihan

- Guénaël ROBIN

Avant le vote de la loi NOTRe du 7 aout 2015, le Département exerçait la compétence Développement économique. Ce n’était pas une compétence obligatoire, mais le Conseil départemental avait fait le choix politique de l’exercer et notre Département était doté d’un service qui le faisait bien.

Le développement économique est maintenant une compétence obligatoire de la Région.

Vous le savez tous, notre agriculture  ne se porte pas bien. Les producteurs de lait, de viande bovine ou de porcs sont en grande difficulté.

L’article 94 de la loi NOTRe indique  que par convention avec le Conseil régional, le Conseil départemental peut encore aider les organisations de producteurs.

Nous pouvons le faire. Et vous avez dit Monsieur le Président (le 29 octobre 2015), je vous cite

« nous ne sommes pas fermés à une intervention, il n’y a de notre part aucune fermeture à aucune action dans la mesure où la loi nous le permet ».

La loi NOTRe le permet.

Ces possibilités d’aides sont limitées, c’est vrai. Mais c’est possible, et les Départements d’Ile et Vilaine, du Finistère et aussi des Cotes d’Armor ont fait le choix de continuer d’aider leur agriculture par convention avec la Région.

Nous non... ou pas encore ?  C’est là un bien mauvais signal en direction de nos agriculteurs.

J’étais présent le 1er juin au salon Tech & Bio qui se tenait à Kerguehennec en Bignan (Canton de Moréac) à la station expérimentale de la Chambre d’agriculture.

Un beau salon regroupant de nombreux professionnels qui nous a permis de découvrir les avancées technologiques et les avancées en agro écologie, un salon ouvert à tous, et c’est heureux car l’agriculture conventionnelle apprend aussi beaucoup du bio.

J’ai eu l’occasion d’échanger avec les agriculteurs adhérents du GAB56 (le Groupement des Agriculteurs Biologiques). Le GAB est je crois, un très bon exemple d’organisme que l’on peut continuer d’aider.

Les adhésions au GAB ne cessent de progresser.  Et le bio en Morbihan c’est  206 fermes en 2007,  500 aujourd’hui, et pas seulement le maraichage comme nous l’entendons souvent.

  • L’activité dominante étant la production laitière : 120 fermes.
  • Le bio c’est 10% de croissance par an.

Comment ne pas s’intéresser à un marché qui progresse de 10% par an ?

Les aides versées au GAB56 par le Département étaient de 120 000 € en 2014, 80 000 € cette année, et 0 € annoncé pour l’an prochain.

Depuis le 1er janvier de cette année, 15 producteurs de lait ont réalisé une conversion en bio. 40 autres ont aussi ce projet. L’accompagnement par des professionnels du bio est indispensable pour éviter les échecs.

Alors je sais… vous allez me dire, le marché est presque saturé, le prix du lait bio va plonger. C’est une niche.., il n’y a pas de place pour tout le monde…  Qui sait ? moi je ne sais pas ?

Les agriculteurs sont des chefs d’entreprise, ils sont maîtres chez eux. Celui qui souhaite faire une étude de faisabilité pour une conversion de son exploitation doit pouvoir le faire. Et le GAB est un groupement qui accompagne depuis longtemps les agriculteurs dans ce type de projet. Il a en domaine un véritable savoir-faire.

Sans aide du CD le GAB ne sera plus en mesure d’accompagner ces agriculteurs.

Nous ne devons pas rajouter de la difficulté à la difficulté.

Là encore… vous allez me dire, c’est maintenant le rôle de la Région, c’est elle qui a la compétence. Oui, mais on ne peut pas demander à la Région de venir compenser les aides jusque-là versées par le Département, puisqu’elle n’a pas reçu 1 seul Euro de transfert de charge. Il n’y a pas eu de transfert de charge parce que le développement économique n’était pas une compétence obligatoire du Conseil départemental.

Résultat : Les budgets consacrés par le Département au développement économique sont restés au Département. Ainsi les 4 M€ de fonctionnement consacrés jusque-là à l’agriculture et aux entreprises restent dans le budget général auquel il faut rajouter 4M€ du budget d’investissement (pour les aides à l’agriculture et aux entreprises). Finalement la loi NOTRe est bonne pour le budget du Département du Morbihan.

Notre groupe affiche sa volonté de soutenir notre agriculture et nos agriculteurs.

Et nous pensons que le Conseil départemental doit maintenir les aides aux organismes indispensables au développement de l’agriculture.

Les 3 autres Départements Bretons vont le faire.

Je vous remercie.

Guénaël ROBIN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly