Aménagement du territoire

Je profite de cette intervention pour revenir, de manière plus générale, sur les orientations politiques et budgétaires du Département et de leurs conséquences sur l’aménagement du territoire.

Je souhaitais rappeler que des géographes et sociologues ont récemment conceptualisé à travers leurs travaux la notion de « France périphérique », mettant en lumière un abandon progressif par les pouvoirs publics des territoires périphériques des métropoles et des grandes villes. Cette situation, résultat des politiques néolibérales, s’amplifie avec le retrait et la disparition des services publics de ces territoires, mais aussi toutes ces mesures, certes parfois louables comme celles concernant l’environnement et la transition énergétique, mais qui, appliquées indistinctement selon les territoires et sans la préoccupation de justice sociale, se retrouvent être souvent à l'origine des nouvelles colères s'exprimant soit dans les urnes, soit sur les réseaux sociaux comme en ce moment même.

Depuis, le concept poursuit son chemin avec désormais « l'Amérique périphérique », ou encore « l'Allemagne périphérique », et bien d’autres, aidant à l’analyse des bouleversements en cours dans le paysage politique des démocraties occidentales.

Aujourd'hui si j’y fais référence avec insistance Monsieur le président, c'est parce j’estime que vous préparez, avec votre majorité et la politique libérale conduite par le Morbihan, la « Bretagne périphérique » de demain. Alors que notre région était reconnue comme une terre d'équilibre, à la fois dans son maillage territorial, mais aussi dans ses équilibres sociaux, vos orientations budgétaires d'aujourd'hui comme celles d'hier, sous prétexte de meilleure gestion, d'économies d'échelle ou encore de dématérialisation, défont de jour en jour les anciennes solidarités territoriales et humaines.

Désolé de revenir à ce canton du Nord-Ouest, mais il symbolise bien ces territoires périphériques à l'abandon, avec un Département et l’État qui aujourd'hui y contribuent fortement par le retrait successif de leurs services.

Pour concrétiser mon propos, je rappellerai une nouvelle fois qu’en deux ans, le secteur de Guémené aura connu une succession de fermetures et de suppressions de services publics départementaux et d'État : fermeture de l'agence technique départementale du nord-ouest (10 emplois), suppression envisagée de 20 lits à l'EHPAD (12 emplois), fermeture de la trésorerie publique (2 emplois), suppression de la ligne de bus TIM Guémené-Lorient dans un moment où toutes les mesures incitent et contraignent désormais les populations rurales à s'orienter vers davantage de transport collectif (une double peine en quelque sorte), etc.

Il est urgent de repenser une réelle politique d’aménagement du territoire ainsi que l’accompagnement de leurs populations.

Je vous remercie.

Christian DERRIEN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly