Return to site

Avenir du collège Montaigne à Vannes - Gaëlle LE STRADIC

Monsieur le Président, chers collègues,

Le collège Montaigne a fait la une de la presse ces derniers jours. L’enjeu d’une fermeture cristallise toujours, nous en savons quelque chose à Lorient.

Lors du conseil d’administration de lundi dernier, Monsieur BLEUNVEN a détaillé le projet de fermeture de cet établissement en arguant trois éléments : la baisse des effectifs, la dégradation de la mixité sociale et les places disponibles dans les autres collèges publics de Vannes. Devant ces arguments apparemment objectifs, la fermeture du collège Montaigne semble logique. Néanmoins, je me questionne sur plusieurs points. Peut-être pourrez-vous y apporter des éclaircissements ?

1. La baisse des effectifs

D’une part, quels ont été les moyens mis en œuvre pour endiguer cette baisse ?

D’autre part, au regard de données démographiques (23% des enfants vannetais de moins de 3 ans habitent Kercado et son indice jeunesse est de 2,2 contre 0,8 pour la ville de Vannes), il existe un vivier d’élèves dans les années à venir.

2. La dégradation de la mixité sociale

La mixité sociale est indispensable au bon fonctionnement d’un établissement. Mais pourquoi cette mixité n’est plus de mise ? Et surtout que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Nous savons que tous les parents souhaitent le meilleur pour leurs enfants, la réputation d’un collège est essentiel à sa viabilité. Pouvons-nous par conséquent réfléchir à inverser l’image de ce collège : proposer une offre éducative et pédagogique attrayante en terme d’options, de méthodologies, d’accompagnement personnalisé des élèves.

3. Troisième point que je souhaite soulever : l’accès au service public d’enseignement.

Le collège est positionné en plein cœur du quartier de Kercado, quartier prioritaire de la politique de la ville.

Certains diront que la répartition des élèves permettra un désenclavement, un décloisonnement. Mais nous ne sommes pas à l’abris d’un glissement de cette « mixité sociale », c’est-à-dire que les familles favorisées de Jules Simon ou Saint Exupéry choisissent d’autres établissements, notamment privés, suite à la fermeture de Montaigne et l’arrivée de 200 collégiens.

Et surtout, fermer ce collège serait un signe négatif adressé à la population du quartier.

Le Département doit absolument veiller au renforcement des services publics dans les zones sensibles qu’elles soient urbaines ou rurales. Il lui appartient également d’offrir un égal accès au service public d’enseignement.

C’est pourquoi nous proposons que le dossier soit réétudié : partager les diagnostiques, envisager toutes les possibilités, retrouver un climat serein de dialogue. Bref, remettre tous les acteurs autour de la table pour empêcher la fermeture du site et envisager les conditions de développement du collège !

Cette méthodologie de la concertation, je l’ai vue à l’œuvre pour le collège Brizeux de Lorient après des années de tension : mettez-la en place pour Montaigne.

En conséquence, nous ne validerons pas la délégation de ce dossier à la commission permanente, nous souhaitons un débat public transparent et éclairé, qui permettrait de sauver le collège.

En conséquence, nous ne validerons pas la délégation de ce dossier à la commission permanente, nous souhaitons un débat public transparent et éclairé, qui permettrait de sauver le collège.

Je vous remercie.

Gaëlle LE STRADIC

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly