Budget Primitif 2020

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Le budget 2019 sera l’un des derniers sous ce format, car nous perdrons prochainement la taxe sur le foncier bâti.

Nous avons la règle fixée par l’Etat de limitation de hausse des dépenses de fonctionnement. Mais, malheureusement, et nous ne nous mettrons pas d’accord aujourd’hui, vous n’avez jamais produit le moindre élément dans nos rapports pour dire notre situation. C’est pourtant ce qui se fait partout ailleurs (ceux qui le souhaitent peuvent vérifier chez nos voisins). Aussi, il n’y a jamais de pédagogie sur ce sujet. Beaucoup continuent de penser qu’il s’agit de 1,2% de hausse chaque année, alors qu’il s’agit de se référer à une trajectoire fixée à partir de l’année 2017. D’autres oublie l’exception de 2% accordée aux dépenses sociales.

Mais, pour autant, cela n’est pas suffisant de se réfugier derrière les contraintes de l'Etat qui nous ferait des misères.

Votre budget manque de d’ambition !

Nous n’y sentons pas de souffle, ni de volonté de s’adapter au contexte d’aujourd’hui et surtout de demain. On reconduit les mêmes mesures à peu de choses près.

Sur le plan des recettes, sans être des magiciens, nous savons déjà que vous avez encore une fois sous-évalué les recettes de droits de mutations que nous percevrons en 2020. Je vous rappelle que depuis le début du mandat, ces recettes sont très largement sous-estimées. Nous l’avons dit, en 2019, notre collectivité percevra 30 millions d’euros supplémentaires par rapport à vos prévisions.

Par conséquence, votre stratégie de sous-évaluation d’une partie de nos recettes conduit à se priver de développer et améliorer les services publics que nous rendons aux Morbihannais, notamment les plus fragiles.

Certes, il y a les dépenses sociales qui augmentent de 1,9%, après avoir été en baisse dans les comptes administratifs de 2016 à 2018. Mais à y regarder de plus près on constate que les dépenses liées à l’insertion régressent légèrement (-0,7%), et que les dépenses liées à l’habitat régressent aussi (-11%).

Autre point, vous faites des économies qui passeront difficilement auprès des Morbihannais. Je parle de celles que vous réalisez sur le compte 6574 lié aux subventions de fonctionnement aux Associations, qui subit une baisse de 380 000 euros, après avoir baissé de 4,7 millions d’euros entre 2015 et 2019, soit près d’un tiers en moins, en l’espace de 5 ans. Nous regrettons que les associations (notamment en culture et sport) qui exercent des missions d'intérêt général, soient une variable d’ajustement pour le département.

Concernant l’investissement, il y a une progression, mais nous savons aussi que le taux de réalisation qui varie entre 75% et 80% ces dernières années, ne garantit que le montant affiché soit concrétisé, notamment sur la part des investissements indirects. Malgré cela, nous pouvons investir encore plus. C’est pourquoi, nous avons proposé au cours de cette session, de faire des investissements directs en matière d’écologie et développement durable.

Pour les 2 dernières années de mandat, des marges de manœuvres existent, sinon, comment pourrions-nous proposez de baisser les taux d’impôt pour une partie des Morbihannais ?

Que faisons-nous de ces marges de manœuvre ? Rien.

Vous êtes dans l’autosatisfaction, et refusez de voir des réalités (ex. les 90 000 Morbihannais sous le seuil de pauvreté) et la dégradation réelle de la qualité de services publics rendus aux Morbihannais.

Nous voterons contre ce budget.

Gaëlle LE STRADIC

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK