De l'audace en matière d'insertion !

Monsieur le président, chers collègues,

La situation est difficile pour de nombreux Morbihannais. Et dans les prochaines semaines, nous pouvons avoir des craintes avec entre autres des CDD qui ne seront pas prolongés et des risques de licenciement qui ne sont pas à écarter.

Si plusieurs de ces risques deviennent une réalité, nous allons vers un désastre humain et social. Sans compter les nombreux Morbihannais qui seront hors de nos écrans radars.

Et avec la croissance de dépenses contraintes (gaz, électricité etc.), la hausse réelle de la précarité, vous le savez : la vie est difficile avec le RSA, et moins simple que d’être en situation d’emploi.

C’est important de rappeler ces éléments et de casser des idées reçues qui peuvent se répandre en temps de crise, tel que « on gagne plus au RSA qu’avec le SMIC » comme nous l’endentons parfois. Combattre ces idées est une obligation politique. [Pour ceux que cela intéresse, je recommande le livre « En finir avec les idées fausses sur la pauvreté » d’ATD Quart Monde].

Alors, nous devons aller encore plus loin dans nos politiques en matière d’insertion, sortir des sentiers battus, et être audacieux pour accompagner les Morbihannais qui en veulent.

Nous ne prétendons pas que ce sera simple avec les nombreux acteurs qui interviennent en matière d’insertion (État, Région, Entreprises, Pôle Emploi, parfois les communes etc.), mais il est possible d’améliorer l’action du Conseil départemental.

Cette audace peut passer par davantage de soutien aux projets Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée, qui fonctionnent partout où ils se sont développés et réussissent à atteindre des personnes qui étaient éloignées durablement de l’emploi.

Aussi, voyons ce qui est possible ligne par ligne dans le cadre des clauses d'insertion et des marchés publics.

Qu’en est-il du programme départemental d’insertion ? Un réajustement des dispositifs et une montée en puissance avec de nouvelles actions sont certainement nécessaires.

Les critères que notre collectivité définit doivent être pertinents dans l’optique d’un retour à l’emploi, c’est une évidence, mais ne doivent-ils pas être revus dans le contexte actuel ? Nous pensons que oui.

Voilà Monsieur le président, j’espère que nos propositions concrètes pour améliorer l’action du Département en matière d’insertion professionnelle ont été entendues.

Ghislaine LANGLET

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK