Discours de politique générale

Monsieur le président, chers collègues,

Je commencerai en adressant toutes nos félicitations républicaines aux collègues élus conseillers municipaux ou Maire, les élections municipales que nous venons de vivre ont été très particulières. Comme tous, nous regrettons les très faibles taux de participation pour cette élection locale qui mobilise habituellement davantage de nos citoyens, la crise sanitaire ne peut pas tout expliquer.

Des évolutions fortes sont en cours et nos concitoyens en Bretagne en France sont de plus en plus sensibles aux enjeux environnementaux. Ils veulent retrouver un pouvoir d’agir. Les élus doivent l’entendre et se mobiliser collectivement pour répondre à ces attentes.

Une crise sanitaire inédite

L’épidémie que nous vivons est inédite par son ampleur, par les difficultés qu’elle entraîne, !

Ces derniers jours, il semblerait que le COVID-19 recule. Il faut cependant rester prudents, Depuis plusieurs semaines, nous apprenons chaque jour des choses que nous ignorions la veille sur ce virus. La cadence est imprévisible.

Nous voulons remercier toutes les personnes qui ont été et continuent d’être en première ligne.

Le moment venu, nous établirons le bilan. Tout le monde ne tirera pas les mêmes enseignements de cette crise. Mais, comme nous l’observons déjà, chaque famille politique trouvera le moyen de confirmer ce qu’elle pensait déjà avant l’arrivée de l’épisode COVID.

Mais, une chose semble faire consensus aujourd’hui, les acteurs publics ont compris qu’en temps de crise, la solidarité était de mise et qu’il ne fallait pas serrer les boulons des dépenses pour les territoires et pour les habitants, cela n’aboutissait qu’à aggraver et prolonger les conséquences de la crise. Il est essentiel de trouver des solutions adaptées en tenant compte des équilibres.

Le Conseil départemental du Morbihan a continué de faire son travail

En Morbihan, au cours des 3 derniers mois, le Département a poursuivi son action et nous voulons féliciter les agents pour le travail accompli pendant cette période de confinement. Aussi, le Département a pris des décisions non prévues au budget primitif voté en décembre, telle que l’aide aux familles boursières ou encore des aides supplémentaires pour les familles d’accueil. Il était nécessaire de le faire !

La période de convalescence économique et sociale sera, sans aucun doute longue et délicate. Mais, avec des choix politiques stratégiques, nous serons capables d’absorber ce choc et d’agir avec force pour les Morbihannais.

Un examen du compte administratif qui a moins de saveur

Aujourd’hui, nous étudierons le compte administratif 2019, il nous apporte des renseignements intéressants, même s’il a moins de saveur que d’habitude, car ce qui nous préoccupe dans cette période de crise, c’est notre budget de l’année prochaine.

Néanmoins, nous exprimerons notre position détaillée au moment de l’analyse des rapports. Dans les grandes lignes, nous constatons, comme nous l’avions démontré, que les droits de mutation avaient très largement été sous-estimés : 42 millions d’euros en deçà de ce que le Département perçoit réellement. C’est regrettable, car avec une estimation plus proche de la réalité, nous aurions pu avoir d’autres perspectives.

Schéma de protection de l’enfance 2020-2025, enfin !

Lors de cette session, nous allons délibérer sur un sujet essentiel pour notre collectivité : le nouveau schéma de protection de l’enfance qui était initialement prévu pour 2018. Nous pourrons tout à l’heure exprimer notre position et nos points de vigilance sur ce sujet pour lequel notre responsabilité est immense.

Protégeons les Morbihannais, nos territoires et nos entreprises

La crise remet à vif la pauvreté et les inégalités. Les personnes et familles en situation de vulnérabilité, comme celles qui plongent brutalement dans le chômage et la pauvreté, ont la tête sous l’eau. Les acteurs de terrain nous le confirment, qu’il s’agisse par exemple du Secours catholique ou dans un autre domaine, Bretagne Sud Habitat qui constatait dernièrement 10 % d’impayés en plus. Le Département, plus que jamais doit jouer son rôle de chef de file des solidarités pour que ces familles ne se noient pas et ne vivent pas des situations encore plus terribles.

Notre devoir, notre grande exigence, ce qui démontrera que nous sommes et aurons été à la hauteur des enjeux, au-delà de nos considérations politiques, c’est la manière dont les plus fragiles, les « premiers de tranchée » et d’une façon plus large toutes celles et ceux qui étaient en première ligne seront soutenus !

En ce début d’été, nous identifions 3 urgences.

Solidarité mieux vaut prévenir que guérir

En matière de solidarité, notre principale compétence, un secteur est particulièrement en grande souffrance : celui de l’aide à domicile. Notre collectivité doit agir pour sécuriser la situation financière des structures qui interviennent pour l’accompagnement des personnes âgées à domicile. Evitons que des situations dramatiques se produisent. Le Département peut notamment réexaminer très rapidement son accompagnement financier du maintien à domicile. En dehors de cet aspect financier, c’est aussi tout un travail de reconnaissance et de revalorisation de ces métiers qui est en jeu. La crise sanitaire a montré (certains semblaient l’ignorer !) que ces métiers d’aide à domicile étaient essentiels et que les salariés avaient des responsabilités immenses auprès des plus vulnérables.

Favorisons le tourisme en Morbihan !

Autre sujet essentiel pour notre département : le tourisme.

La saison estivale a débuté. En matière de tourisme, des actions ont été mises en place par Morbihan Tourisme, et aussi par l’association des sites de loisirs pour proposer des avantages et des réductions dans plusieurs sites de loisirs.

Mais il y a encore des ajustements possibles pour aider les acteurs. Mettons l’accent sur le tourisme vert et les excursions dans l’arrière-pays. Nous savons bien que la porte d’entrée du Morbihan est avant tout son littoral et ses stations de bord de mer. Mais le Morbihan intérieur regorge de richesse ! Valorisons davantage cette partie morbihannaise et travaillons de concert avec la Région Bretagne pour cette compétence tourisme.

Notre rôle doit aussi être de permettre à tous les Morbihannais, spécialement les plus modestes, de profiter de leur département, en offrant des solutions pratiques. Cela apportera aussi de la clientèle supplémentaire aux acteurs du tourisme.

Est-ce un sujet qui a été travaillé avec l’Agence de développement touristique du Morbihan ?

Soutenons nos entreprises et l’économie sociale et solidaire.

Nous n’avons plus la compétence économique, mais la loi nous permet d’intervenir en s’inscrivant dans le fonds « COVID RESISTANCE » de la région Bretagne dédié aux petites entreprises, aux indépendants et aux associations. Nous soutenons cette action. Un bordereau va acter cette participation départementale à l’initiative régionale.

Notre collectivité devra aussi être encore plus attentive au soutien des entreprises locales dans nos marchés publics notamment. Réinterrogeons nos cahiers des charges pour les commandes publiques, pour valoriser les entreprises et les acteurs locaux, intégrons davantage de critères en termes de responsabilité sociale et environnementale.

Un véritable soutien aux acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire est nécessaire. Cela génèrerait aussi de l’emploi local non localisable. Les thématiques et les valeurs de l’ESS correspondent aux compétences du Département.

Je vous remercie.

 

Florence PRUNET

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK