Return to site

Investissements concernant les infrastructures routières - Christian DERRIEN

Monsieur le Président, chers collègues,

Je pense que vous vous attendiez aujourd’hui à une intervention de ma part en temps que Conseiller départemental du nord-ouest du département, à la suite des récents articles de presse, dont celui de samedi intitulé « Routes : un vent de fronde dans le nord-ouest ».

Cela fera bientôt cinq ans, depuis mon arrivée dans cette assemblée, que je vous alerte sur ce véritable sentiment d'abandon de notre territoire en ce qui concerne le réseau routier départemental, composante essentielle au développement économique d’une région. Le développement de l’axe Lorient-Roscoff a été évoqué plusieurs fois.

Régulièrement, Monsieur le Président, vous nous rappeliez votre souci d'éviter les déséquilibres territoriaux sur notre département. Pourtant aujourd’hui, le Plan Pluriannuel d’Investissement 2016-2019 inscrit clairement dans les orientations budgétaires une fracture est-ouest sur le Morbihan.

Le vendredi 6 novembre dernier, lors de votre visite « politique », du chantier de l'axe Triskell avec votre collègue François Fillon à Moréac, votre intervention a été choquante, voire provocante.

En effet, vous y avez fait l'éloge de votre politique d'investissement en faveur des routes départementales prenant pour exemple les travaux sur l'axe Triskell Vannes – Pontivy - Lorient qui totalisent dans les tableaux d’investissement un montant de 34 M€. Rappelons qu’en face, il est prévu l’équivalent ridicule de 1 M€ pour le nord-ouest du département.

Pire, au même moment vous avez annoncé l'abandon pur et simple du projet de liaison entre Guiscriff et Le Faouët sur la RD 782, ce qui est perçu aujourd'hui par les élus et notre population comme de la pure provocation.

Cette décision apparaît tout simplement injuste, incohérente et irresponsable.

Il s'agit d'un projet d'amélioration d'une route essentielle à l'économie locale, sur laquelle les services départementaux travaillent depuis plus de 30 ans.

Le dossier est effectivement difficile dans la mesure où cette route traverse une zone sensible d'un point de vue environnemental, car irriguée par de nombreux cours d'eau et zones humides. Par ailleurs, elle se trouve en amont du bassin versant de la ville de Quimperlé qui a connu des inondations catastrophiques ces dernières années. La nécessité d’un dossier solide est d’autant plus importante.

Les services de l'État ont demandé récemment au département de compléter le volet « loi sur l'eau » du projet qui apparait techniquement et juridiquement fragile, de manière à le mettre à l'abri d’éventuels recours au regard de la loi.

Effectivement, ces modifications entraîneront des délais supplémentaires, contraignant le département à devoir renouveler le dossier de DUP (déclaration d'utilité publique). Est-ce la faute de la loi ou du département qui, une fois de plus, n’a pas suffisamment intégré les aspects règlementaires ?

Par ailleurs est-ce une raison pour profiter de déclarer l'abandon pur et simple du projet ? Est-ce simplement un effet d’annonce ? Puisque vos propres services évoquent la possibilité de préparer une nouvelle déclaration d'utilité publique. Il faudra sérieusement clarifier les choses.

Par ailleurs, également au même moment, démarrent des travaux de réfection de voirie sur la RD 1 entre Gourin et Roudoualllec, se limitant à un nouveau revêtement, alors qu’une étude réalisée en 2008 concluait à la nécessité de la modification du tracé par la suppression de 6 virages considérés comme dangereux et accidentogènes.

Je rappelle également que cette RD 1 est une départementale vitale pour le territoire du Centre-Ouest Bretagne puisqu’il s’agit de l’axe transversal Quimper-St Brieuc.

Vous aviez, Monsieur le Président, lors d'un échange dans cette même enceinte sur la question de l'aménagement du territoire, regretté qu'il n'y ait pas de routes importantes à irriguer le Centre Bretagne dans un sens nord-sud, perpendiculairement aux axes est-ouest existants.

le Conseil départemental (...) se désengage totalement du nord-ouest du département provoquant ce sentiment d'abandon qui est relayé aujourd’hui par les élus locaux du territoire.

Le constat est intéressant en soi. L’action concrète, la mise en œuvre et le réel soutien seraient nettement préférables. Je regrette aujourd'hui, que le Conseil départemental qui conserve au final la compétence des routes se désengage totalement du nord-ouest du département provoquant ce sentiment d'abandon qui est relayé aujourd’hui par les élus locaux du territoire.

Je redemande, ici-même officiellement, la révision du Plan Pluriannuel d’Investissement et qu’une réunion soit rapidement organisée dans les semaines qui viennent, et avant la fin de l’année, avec l’ensemble des élus de ce secteur, afin qu’ils soient clairement informés des intentions du département dans le développement du réseau routier du nord-ouest du département.

Je vous remercie.

Christian DERRIEN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly