Nouveau schéma départemental de l'autonomie

Monsieur le Président, Chers Collègues,

J’évoquerai tout d’abord la méthodologie du Schéma départemental de l’autonomie :

La concertation n’a pas été réussie, et l’aspect démarche participative est absent.

Il n’y a pas eu de groupe de travail mis en œuvre avec les acteurs Morbihannais concernés et l’ensemble des élus n’a pas été concerté.

Il est par exemple dommage de s’être privé de l’expression directe des personnes âgées, des personnes en situation de handicap et de leur famille. Dans ce domaine comme dans d’autres rien ne remplace l’expérience des protagonistes.

Nous savons que les acteurs et partenaires de l’autonomie ont envoyé leurs contributions au Conseil départemental, mais ont-elles été entendues ?

Nous en doutons, car sur le fond le document que vous nous présentez a certainement fait l’objet d’une préparation sérieuse, mais nous aurions pu aller bien plus loin ! Et y apporter un souffle politique!

  • Rien de concret pour lutter contre l’isolement,
  • Rien de concret pour l’inclusion des personnes les plus fragiles,
  • Rien de concret sur l’articulation nécessaire de la politique du logement avec l’accessibilité.

Sur les orientations :

La défaillance en termes de prospective apparait au grand jour. Nous aurions pu anticiper la sortie des jeunes en amendement Creton plus tôt. Aujourd’hui, il nous faut accélérer, notamment avec la construction de foyers de vie.

A propos du maintien à domicile : je suis déjà intervenue en session pour signifier notre grande inquiétude quant aux équilibres budgétaires des services d’aides à domicile.

Nous demandons expressément que soit revue la tarification du coût horaire fixé par le Conseil départemental. Aussi, que notre collectivité soit pôle ressource pour une meilleure gestion, et qu’il y ait une vraie considération de la précarité des emplois en accompagnant fortement l’encadrement et la formation des personnels.

Nous aurions aussi pu nous inspirer de certaines orientations apportés par la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) sur le volet médicosocial de la stratégie nationale de santé.

J’en citerai quatre :

  1. Prévenir les ruptures de parcours susceptibles d’accélérer la dégradation du niveau d’autonomie des personnes ;
  2. Apporter des réponses coordonnées sur un territoire au plus près des lieux de vie et en particulier du domicile ;
  3. Passer à une logique d’accompagnement personnalisé autour d’un projet de vie plus en prise avec la complexité des besoins, grâce à la construction de réponses graduées et modulables ;
  4. Mobiliser des technologies adaptées permettant le maintien à domicile et l’amélioration des prises en charge (domotique, assistance à domicile).


Vous l’avez compris, nous voterons contre ce schéma, car nous divergeons sur la méthode et constatons de nombreuses lacunes sur le fond.

Maintenant, nous serons vigilants quant aux futurs groupes de travail proposés au premier trimestre 2018.

Je vous remercie.

Karine RIGOLE

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly