Politique en faveur des collèges (2)

Monsieur le Président, chers collègues,

Si nous sommes plusieurs collègues de notre groupe à intervenir aujourd’hui sur ce bordereau, ce n’est pas un hasard. Je pense que la note qui a mis « le feu aux poudres », pour reprendre une expression d’actualité, est sans doute celle intitulée « Réfaction des dotations 2020 des collèges publics ».

Je fais une petite pause, car à chaque fois que l’expression est prononcée, « la réfaction des dotations », elle provoque des regards dubitatifs.

En fait un autre titre aurait été bien plus approprié :

« Raréfaction des dotations … »

Explication par la définition précise des mots.

Petit Robert - Réfaction : réduction sur le prix des marchandises, au moment de la livraison, lorsqu'elles ne présentent pas la qualité convenue.

Grand Larousse - Réfaction : réduction sur le prix des marchandises, ordonnée par le juge, lorsqu'elles ne présentent pas la qualité convenue, etc…

Nous avons poussé l’enquête jusqu’à interroger Le Grand Robert en 7 volumesmais lui-même reprend la définition en y ajoutant simplement les notions très proches de remise ou de déduction en dédommagement de la déconvenue de la qualité du produit livré.

Bref, dans aucun cas on ne voit le rapport avec l’objet de la note.

Le choix de cette expression inappropriée nous a paru très curieux. Sans doute sert-elle à masquer, voire à brouiller, ce qui apparaît très clairement dans le document à travers des expressions beaucoup plus explicites : « baisse des dotations » ou plus loin : « réduction des dotations ».

Aussi, nous vous proposons donc de modifier ce document avec le nouveau titre : « Raréfaction des dotations 2020 des collèges publics ». Ce sera beaucoup plus clair pour tout le monde.

Ceci étant dit, depuis quelques semaines, les Conseils d’administration des collèges publics réagissent en adoptant au fil de leurs réunions des motions alertant notre Conseil départemental sur les difficultés à venir provoquées par ces réductions de dotations pour 35 établissements sur les 43 du département, soit une baisse de plus d’1 M€.

C’est-à-dire l’équivalent de la dotation allouée à Notre-Dame de Paris.

Certes, nous avons bien compris la logique poursuivie de vouloir limiter les fonds de roulement des établissements afin d’éviter la thésaurisation, signalée d’ailleurs par l’Education nationale elle-même. Mais la création d’un fonds commun d’équipement des établissements, pour compenser ces baisses ne sera abondée que de la moitié soit un peu moins de 500 000€.

A nouveau votre majorité, comme à son habitude, prétexte de l’argument de la maîtrise des 1,2% des dépenses de fonctionnement (elle apparaît d’ailleurs en préalable dans l’introduction de la note), pour récupérer une fois de plus de l’argent, et cette fois sur le budget des établissements qui permet d’éduquer les jeunes collégiens du département.

Christian DERRIEN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK