Politique en faveur des personnes handicapées

Monsieur le Président, chers collègues,

Vous avez sans doute comme moi vu dans la presse le témoignage de cette femme qui se désole de ne pas avoir de solution pour son fils handicapé. Le journal titre : « Nos enfants grandissent, toujours pas de place ».

La situation ne s’améliore pas, le nombre de jeunes adultes en amendement Creton ne diminue pas.

Il n’est pas question pour moi de faire ici le procès du Département qui agit en ouvrant des places en foyer de vie.

Mais la situation, vue des familles, ne s’améliore pas. Dans certains IME, les jeunes adultes handicapés sont maintenant aussi nombreux que les enfants. Ces IME finiront par se transformer en Foyers d’Accueil Médicalisés, en FAM. Et les familles avec de jeunes enfants handicapés ne trouvent plus de place en IME.

Pour l’ARS la solution, c’est l’inclusion. Mais ce n’est pas toujours possible, les établissements spécialisés sont indispensables pour certains jeunes.

Les familles attendent des solutions adaptées au handicap de leur enfant. Davantage de places en FAM serait bien sûr idéal, mais aussi davantage de places d’accueil temporaire pour adulte. Il faut aider les parents aidants, ceux qui s’occupent eux-mêmes de leur enfant, leur permettre de souffler.

Les relations semblent tendues entre l’ARS et le Département. Et pourtant pour trouver des solutions, il est toujours plus facile de réfléchir à plusieurs. (Vous connaissez le proverbe africain : « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».)

Guénaël ROBIN

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK