Prime aux salariés dans le cadre de la COVID-19

Monsieur le président, chers collègues,

Durant cette crise sanitaire et notamment sa phase de confinement, des personnels ont particulièrement été exposés dans le cadre de l’accompagnement aux personnes âgées, handicapées ou aux mineurs confiés à la protection de l’enfance.

Nous renouvelons encore une fois nos remerciements à ces hommes et femmes qui ont assuré coûte que coûte un lien social, une présence et des soins auprès de publics d’une fragilité toute particulière. Et malheureusement, cette situation sanitaire hors norme n’est pas derrière nous.

Le Département a été réactif et présent aux côtés des structures œuvrant dans ces domaines.

Ce bordereau nous invite d’ailleurs à témoigner à ces personnels toute notre reconnaissance à travers l’attribution d’une prime. Je pense que personne dans cet hémicycle ne pourra s’y opposer tant il a fallu du courage et de l’abnégation à ces femmes, très majoritairement, d’aller au domicile sans protection dans les premiers jours de la crise sanitaire. La soudaineté du confinement en a surpris beaucoup, les services n’y étaient pas préparés. Et la versatilité des discours nationaux notamment sur les masques n’a pas permis une préparation très sereine, il faut bien l’avouer.

C’est pourquoi nous sommes favorables à accorder cette prime dès la première heure de travail réalisée durant cette période de confinement, car c’est bien le sens de cette prime. Elle admet que des salariés ont pris des risques sanitaires à exercer leur travail, et que ce risque n’apparait pas seulement à partir d’un mi-temps. Les critères en effet que le Département met en place ne permet pas à certains personnels pourtant en première ligne d’en bénéficier. Cela ne nous parait pas juste. Chacun d’entre nous a certainement eu des remontées d’associations, de structures publiques s’étonnant de ne pas pouvoir accorder cette prime à l’ensemble de leur personnel pourtant mobilisé. Pour certaines à aucun salarié.

Nous vous proposons donc d’attribuer cette prime dans le périmètre ici présenté, sous forme de forfait à définir.

Proratiser au temps de travail nous parait être trop contraignant en termes de gestion, mais on peut tout à fait envisager de créer des paliers avec des forfaits indemnitaires, par exemple entre la 1ère heure et un temps de travail d’un quart temps, entre le quart temps et un mi-temps, ainsi de suite.

Gaëlle LE STRADIC

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK