Programme d'opticalisation des territoires

Monsieur le président, chers collègues

 

A l’occasion de ce bordereau je souhaitais attirer l'attention de notre assemblée sur les difficultés récurrentes de nos territoires ruraux dans le domaine des équipements de télécommunications en général.

Si je me permets de revenir régulièrement sur ce type de question c'est précisément parce qu’il nous est important de rester vigilants sur les effets concrets de nos politiques de déploiement des différents réseaux, fibre optique ou téléphonie mobile, conduites par nos collectivités régionale ou départementale, parfois pilotées par l’Etat lui-même.

 

En ce qui concerne l’opticalisation des centraux téléphoniques NRA-ZO (Nœuds de raccordement d’abonnés – zones d’ombre) - il n’est pas inutile de rappeler l’acronyme - nous avons pris acte de la démarche de Mégalis qui a engagé un programme d'amélioration de ces armoires possédant des débits nettement insuffisants pour donner satisfaction aux usagers.

Les modalités du financement de ce programme nous laissent interrogatifs : 25% pour la Région, 25% pour le Département et 50 % pour l’EPCI. Il s’avère en effet qu’une grande partie de ces armoires de télécommunication obsolètes se trouvent essentiellement en zone rurale. Ce qui signifie que ce sont souvent des communautés de communes possédant des budgets faibles et fragiles qui vont devoir faire l'avance de sommes tout à fait conséquentes. Pour prendre l'exemple de Roi Morvan Communauté, le coût de l’opticalisation des quatre armoires NRA-ZO se son périmètre sera proche de 500 000 €.

C’est un problème que nous avons signalé, à la suite d’une rencontre du président de la Région, qui est aussi président de Mégalis, avec les associations des maires ruraux de Bretagne. Il a été évoqué à cette occasion la possibilité de réexaminer les situations au cas par cas. Notre communauté de communes doit prochainement se rapprocher de Mégalis pour rappeler cette difficulté. Je tenais à le faire savoir, notamment aux collègues qui auraient pu être concernés par cette question sur leur territoire.

 

Par ailleurs, en ce qui concerne la téléphonie mobile, nous avons pris acte du lancement en juillet dernier du « Dispositif national de généralisation d'une couverture mobile de qualité » mis en place par le gouvernement afin d’identifier les sites prioritaires sur chaque département pour la répartition de la dotation départementale en nouvelles antennes. Une équipe-projet de concertation a été constituée, présidée par le préfet et vous-même en tant que président du conseil départemental.

La méthodologie utilisée pour la répartition nous a interpellés : en effet il a été proposé à chaque EPCI de faire remonter pour le 23 septembre dernier une liste de huit sites prioritaires pour l'amélioration de la couverture en téléphonie mobile. Cela signifie qu'il y aura un traitement territorial homogène de la résorption des zones blanches, alors qu'il semble évident qu'elles sont situées très largement sur le grand nord rural du département. Il faudrait de toute évidence, là encore, puisque le département co-préside cette nouvelle instance, être très vigilant dans la conduite de cette politique de déploiement de la téléphonie pour desservir équitablement l’ensemble des Morbihannais.

Christian DERRIEN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly