Protection de l'enfance

Monsieur le président,

 

Cette session est la dernière avant la période estivale. Aujourd’hui, nous votons essentiellement des ajustements budgétaires.

Je voudrai exprimer ce que nous constatons au sein de cet hémicycle et dans le fonctionnement de notre collectivité : il y a peu d’hésitation ou de débats lorsqu’il s’agit d’abonder en milliers d’euros certains projets d’infrastructures. Alors qu’il faut batailler pour la promotion de certains domaines d’activités ou pour obtenir un accompagnement de moindre coût concernant des projets de solidarités importants pour faire basculer des Morbihannais de la précarité à la dignité.

Nous regrettons de voir ce deux poids deux mesures entre la solidarité notre première compétence, et le reste…

 

Nous pouvons le vérifier dans la session de ce jour : aucun bordereau pour la Commission 2 - Action sociale et Autonomie, et un seul bordereau pour la Commission 3 - Insertion, emploi, enfance, famille, où la Région attribue 46 000€ au CD56, pour le fonds départemental d'aides aux jeunes, compensant la suppression d’un dispositif similaire qu’elle avait. C’est donc un bordereau technique. A la dernière session de mars, c’était l’inverse. Or ce sont nos compétences principales.

 

N’y aurait-il donc aucun sujet ?

Je constate que le schéma départemental de la protection de l’Enfance se termine en 2017. Qu’en est-il pour la suite ? Où en est la réflexion ?

Il existe aussi un observatoire départemental de protection de l’Enfance. Une séance plénière a eu lieu le 17 septembre….2015. Depuis ? Je ne sais pas. Pourtant on pourrait imaginer que ce serait une base intéressante de discussion, de réflexion sur ce que, nous, élus, souhaitons comme politique de l’Enfance.

 

En effet, le cumul des difficultés familiales liées (logement, précarité, violence), l’apparition de nouvelles problématiques liées aux addictions, le démembrement des solidarités nécessite d’adapter les modalités d’action. Une véritable philosophie de bienveillance doit prévaloir.

De même, nous pourrions avoir l’ambition d’être en avant-garde en termes de prévention. Nos marges de manœuvre nous permettent cette position. Et puis c’est une volonté politique de ne pas simplement s’occuper des situations dégradées mais de se situer en amont. C’est un investissement sur l’avenir. Nous ne serons pas perdants d’autant que la protection de l’enfance renvoie à d’autres politiques : parentalité, insertion, violences familiales…

 

Les sujets ne manquent pas et je n’ai pas abordé les questions de personnel.

 

La situation reste à améliorer en Morbihan.

 

Ne doutant pas de votre souhait de transparence, nous souhaiterions vivement être associés à ces réflexions.

 

Je vous remercie.

Gaëlle LE STRADIC

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly