Protection de l'enfance

Monsieur le Président, Chers Collègues,

On constate une augmentation des crédits de paiement du budget pour cette année 2018. On pourrait donc s'en réjouir, le Département investit fortement sur cette politique. Mais, si on s’arrête et que l’on observe de plus près : la hausse budgétaire se fait sur des postes à augmentation mécanique (les assistants familiaux, les mineurs non accompagnés…). Et c’est encore une fois dans le champ de la prévention individuelle et des aides à domicile qu’il y a des baisses. Quel est l’objectif politique du Département ? Je suis persuadée qu’il s’agit de limiter les placements, de protéger les enfants ? Il est donc important de faire de la prévention, de conforter les parents dans leur rôle.

Comment expliquer que le nombre d'enfants pris en charge par le Département augmente d'année en année, que les informations préoccupantes augmentent, mais que ces budgets baissent ?

Par exemple les interventions des TISF (technicien de l'intervention sociale et familiale) sont des interventions techniques sur des domaines très concrets comme l'alimentation en hygiène, le budget, l'éveil… C'est de l'accompagnement des parents, leur étayage avant de passer à des mesures de réparation plus lourdes. Ces mesures sont efficaces. Pourquoi les diminuer ?

La prévention est souvent le parent pauvre de la protection de l’enfance, cela permettrait certainement d’avoir un coût moindre par la suite. C’est une vraie divergence avec votre pratique.

Or, sur le volet réparation, plusieurs dispositifs envisagés par les services semblent intéressants : le centre maternel de Josselin, même s’il y a bien une volonté d'optimiser certaines charges, la prise en charge spécifique des fratries et les alternatives au placement.

Il y a une volonté d'avoir des nouveaux dispositifs pour s’adapter aux nouveaux besoins. C’est une bonne démarche. Ces dispositifs existent et fonctionnent bien dans d’autres Départements, testons-les nous aussi.

Enfin, le rapport mentionne l’élaboration d’un schéma de la protection de l'enfance et de la petite enfance durant l’année 2018. C’est une nouveauté. Le dernier schéma ne concernait que la protection de l’enfance et notre groupe avait appelé à celui de la petite enfance.

Dans le cadre de ce nouveau schéma, nous demandons un modèle de concertation et de transparence avec les acteurs de terrain, les élus et les agents du Département. Il faut qu'il y ait une vraie volonté de co-construire les actions parce que c’est avec cette méthode participative que l’on obtiendra les meilleures solutions, c’est-à-dire offrir à l’ensemble des Morbihannais des dispositifs adaptés

Gaëlle LE STRADIC

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly