Situation de l'hôpital de Guémené et de son EHPAD

Monsieur le président, chers collègues

Je souhaite intervenir sur la question des personnes âgées et plus particulièrement celles des EHPAD.

Vous comprendrez certainement que je me ferai également aujourd'hui le porte-parole de la population du canton du nord-ouest dont une délégation du secteur de Guémené-sur-Scorff s'est rassemblée pacifiquement cet après-midi devant les grilles de notre Hôtel du département.

Vous avez, bien entendu, deviné la cause de ce rassemblement. Il s'agit de la situation inacceptable de l'hôpital de Guémené et de son EHPAD. Font partie de cette grande délégation, à la fois des élus, des représentants du personnel, des familles, des usagers et des citoyens fortement attachés à la présence de services publics de qualité.

Nous l’avons déjà évoquée plusieurs fois à l'occasion des dernières sessions, mais aujourd'hui nous sommes toujours dans une situation de blocage que l’on peut résumer ainsi : un chantier de nouvel hôpital-EHPAD qui devait démarrer il y a quelques mois ; un maire au 13e jour d’une grève de la faim ; un président de département qui refuse de respecter l’engagement initial pour un maintien de la capacité de l’EHPAD actuel.

Certes, nous avons bien compris que les négociations se poursuivent mais elles sont anormalement longues. Des concessions ont été faites. Rappelons les chiffres de ce feuilleton interminable : un EHPAD initialement prévu et validé par le Département à 170 lits, puis une capacité revue à la baisse entre 120 et 140, ensuite remonté aujourd'hui à 150 lits. On pourrait penser logiquement en rester là, dans une sorte de mi-chemin où chaque partie se résignerait à accepter la part obtenue. Sauf que c’est l’ensemble de l’équilibre financier du fonctionnement de l’établissement qui sera mis à mal par cette diminution de places avec un déficit annuel estimé aujourd’hui entre 300 000 € et 400 000 € et qui mettra dès son ouverture l’établissement face à des difficultés insurmontables. Cette analyse est confirmée par l’ARS elle-même.

Si le maire de Guémené, René Le Moullec, également président du conseil de surveillance de l'hôpital, s'est engagé personnellement à ce point dans ce dossier (13e jour de grève de la faim), c'est bien parce qu'il a la connaissance des conséquences financières intenables qui seraient provoquées par la réduction de lits proposée aujourd'hui. C'est bien pour ne pas mettre l'établissement en difficulté budgétaire dès la première année qu’il s’est engagé à ce point et non par « égoïsme local », selon votre récente formule inacceptable que vous lui avez attribuée.

Nous voyons à l'occasion ici et là, à travers l’hexagone, des établissements tout neufs qui ne peuvent pas ouvrir pour accueillir les résidents de leur ancien EHPAD car l’équilibre financier ne serait pas tenable dans la durée. Et lorsqu’ils ouvrent malgré tout, c’est précisément en supprimant du personnel, ce qui immanquablement conduit à une dégradation des conditions de travail et d’accueil des résidants, entraînant l’établissement dans une spirale de dysfonctionnements qui aujourd’hui sont dénoncés régulièrement dans les médias.

Est-ce cette situation que nous voulons créer à Guémené ? Il n'est pas normal de profiter de la construction de ce nouvel hôpital pour tenter de restructurer son EHPAD à la baisse, entraînant encore des licenciements de personnel, entre 10 et 15 postes, et par voie de conséquence une dégradation de l'encadrement des résidents et de leur bien-être alors même qu'il est indispensable de les améliorer.

Il faut de toute urgence sortir de cette situation de blocage interminable. Aussi nous laisserons le soin aux spécialistes comptables des deux parties échanger leurs derniers chiffres puisque vous vous êtes engagés à organiser une nouvelle rencontre. Nous espérons qu'elle aboutira cette fois à un accord assurant un avenir pérenne et de qualité à ce nouvel établissement hospitalier de Guémené-sur-Scorff, à la fois pour les résidents et pour l’ensemble de son personnel actuel.

Christian DERRIEN

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly