Transparence et démocratie au sein du Département : deux ans après peu de choses ont changé

Monsieur le président, chers collègues,

 

Je profite de ce bordereau pour attirer votre attention sur les méthodes de travail au sein de cet hémicycle.

Notre groupe avait pointé le manque de transparence et donc de démocratie au sein de notre assemblée. Deux ans après le constat est amer : peu de choses ont changé ! Vous me direz, c’est le jeu ! vous êtes l’opposition…

Par exemple, cette convention. A priori, nous sommes tous favorables à mettre l’ensemble des moyens disponibles afin que chacun retrouve le chemin de l’emploi. Et le rapprochement des entreprises et du secteur de l’insertion est assurément une des pistes efficientes. Cependant, j’ai du mal à évaluer l’intérêt de cette convention : nous n’avons jamais eu connaissance auparavant de cette volonté, des motivations. Quelles sont les autres collectivités associées ? la commission 3 aurait pu être associée à l’élaboration de cette convention.

Autre sujet : le schéma départemental de la protection de l’enfance. Il doit être repensé en 2018. Aucune information ou réunion ne nous a encore été communiquée. Quelle feuille de route a été adoptée ?

Enfin, un dernier point concernant le plan d’inclusion numérique porté par notre collectivité. Je regrette la méthodologie de sa conception : les élus concernés dans ce plan n’ont jamais été conviés aux réunions.

A l’heure où l’ensemble des administrations dématérialisent, les guichets disparaissent peu à peu. Pôle Emploi, Caf, Préfecture. Laissant 13 millions de français mal connectés, non connectés ou étrangers aux usages du numérique.

Le plan départemental d’inclusion numérique souhaite pallier à cette fracture qui s’intensifie. Or, nous savons qu’une partie de notre public sera toujours en forte ou très forte précarité (24%). Je nous félicite donc que les CMS conservent un accueil physique, c’est très apprécié et appréciable.

Mais ne pourrions-nous pas aller plus loin ? je m’interroge sur l’action directe et concrète du Conseil départemental. Dans les réunions d’information collective, le Département affiche qu’il n’y aura pas de moyens supplémentaires. Quel dommage ! Réunir les acteurs, structurer les différentes offres, très bien. C’est notre rôle de facilitateur. Mais ne pourrions-nous pas être aussi « faiseux » ? je m’explique. Nous pouvons être précurseurs en proposant au sein de nos CMS des points d’accueil numérique avec un accompagnement spécifique, comme des médiateurs numériques. Ce personnel dédié pourrait orienter, conseiller, aider notre public avec les démarches en ligne. Car je veux bien que l’on apprenne à faire, c’est louable. Mais à un moment donné quand il s’agit d’allocation pour vivre ou survivre, il faut faire !

Je pense qu’ainsi nous remplirions pleinement notre mission de service public. Le numérique ne serait non pas une finalité en soi comme c’est souvent le cas, ni un facteur d’exclusion, mais un moyen d’accès aux droits.

Gaëlle LE STRADIC

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly