Agissons en faveur de l’enfance et de la jeunesse

Monsieur le président, chers collègues,

Vous le savez, les difficultés s’accumulent pour une partie importante de la jeunesse. Insertion compliquée sur le marché de l’emploi, logements inaccessibles, hausse du nombre des 18-29 ans vivant sous le seuil de pauvreté… La liste est longue.

C’est pourquoi, nous voulons proposer des orientations complémentaires, en 3 volets, pour l’enfance et la jeunesse, et par la même occasion adresser un message fort à nos jeunes Morbihannais, en leur disant qu’ils sont notre avenir !

 

Premier volet : renforcer notre action dans la petite enfance.

Nous devons favoriser le développement des crèches et des micro-crèches. Certes, nous accordons des aides notamment via le programme de solidarité territoriale (PST) aux communes, et nous émettons des avis pour les ouvertures. Mais, il nous faut aller plus loin et plus fort pour aider les communes et les intercommunalités : en impulsant la création de places et en tenant compte de la répartition géographique actuelle.

En effet, les comportements des parents évoluent, ils manifestent de plus en plus le besoin et l’envie de mettre leurs enfants dans des crèches ou des micro-crèches.

Autre orientation pour la petite enfance : nous proposons de mettre les assistants maternels au cœur de nos décisions. Il y a une grande offre en Morbihan, inégalement répartie, mais avec une tendance forte à la baisse due aux nombreux départs en retraite.

L’externalisation des agréments des assistants maternels, à laquelle nous nous opposions lors du précédent mandat, n’a pas eu un rendement à la hauteur des espérances. Il nous semble que sur le terrain, il y a de nombreuses difficultés.

Nous souhaitons donc simplement que les assistants maternels soient davantage placés au cœur du dialogue et de l’élaboration de nos politiques, afin de réussir tous ensemble au bénéfice des familles.

Deuxième volet - à propos de l’enfance : recruter des assistants familiaux et faire bouger les lignes avec le sport et la culture.

Budgétairement nous avons comprimé ces 3 dernières années, les aides relatives au sport et à la culture, mais elles sont pourtant cruciales et constituent un soutien important pour ceux qui sont parmi les premiers bénéficiaires. Face à ces besoins, qui se feront sentir pour le monde sportif et culturel, il nous faudra être au rendez-vous en 2021.

Concernant, les enfants accueillis dans le cadre de l’ASE (Aide sociale à l'enfance), ayons une politique dynamique de recrutement des assistants familiaux avec pôle emploi notamment, comme nous l’avons évoqué lors de notre commission « Insertion, emploi, enfance et famille » la semaine dernière.

Troisième volet : agir avec nos adolescents et nos jeunes adultes.

Il n'est pas toujours simple d'être jeune aujourd'hui : aucune fête, ils ne peuvent plus se rencontrer, ni se voir (en dehors des cours) et passer des moments ensemble pour se construire en tant que femme et homme.

Pour ces jeunes que nous accompagnons avec l’ASE, y compris les MNA, soyons imaginatifs et innovants pour que leur insertion dans le monde adulte se fasse au mieux. En adaptant nos dispositifs avec les missions locales et tous les acteurs. C’est notre devoir à toutes et à tous de travailler à la construction d’un avenir meilleur.

Enfin, nous devrions associer les jeunes dans la construction des politiques qui s’adressent à eux. Une idée déjà soumise il y a quelques mois, que je remets dans le débat : la création d’un conseil départemental des jeunes (après la crise sanitaire), qui serait une véritable instance d’éducation civique, où nous donnerions des moyens techniques et financiers pour l’initiation de projets, le soutien des initiatives et la création d’un pacte générationnel avec les jeunesses du Morbihan.

Ghislaine Langlet

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK