Aidons aussi l’agriculture biologique

Monsieur le Président, chers collègues,

La 4eme finalité de ce Rapport sur la situation en matière de développement durable porte sur La préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources.

Je suis étonné de voir parmi les 3 principales actions poursuivies en 2020 « La poursuite d’un dispositif financier destiné à accompagner la réalisation de retenues collinaires participant à l’amélioration de la production de légumes de « plein champ ». Je n’ai rien contre les retenues collinaires mais je ne vois pas bien le rapport avec le développement durable, la préservation de la biodiversité et des milieux…

J’ai proposé à plusieurs reprises dans cet hémicycle, d’aider, en complément de la Région, comme nous le faisons pour les retenues collinaires, les agriculteurs désirant se lancer dans le parcours difficile d’une conversion à l’agriculture biologique. Vous l’avez toujours refusé, c’est dommage.

Un dispositif permettant d’accompagner les conversions à l’agriculture biologique aurait certainement un réel impact sur la préservation de la biodiversité et des milieux…

Nombreux sont les français qui croient en l’avenir d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Les grandes entreprises de l’agroalimentaire y croient, elles aussi.

Plusieurs articles récents dans la presse nous le montrent.

Je cite : « Prince de Bretagne accélère sur l’agro écologie », la marque des coopératives bretonnes s’engage à ce que 100% des producteurs de légumes de plein champ soient en certification Haute Valeur Environnementale pour 2022 et que les volumes bio soient multipliés par 4 en dix ans.

Et plus près de chez nous encore Daucy : nous pouvions lire la semaine dernière: « Daucy accélère sur le bio et l’agro écologie ».

Les entreprises agro-alimentaires donnent le ton dans la presse. Ils s’adressent à leurs clients bien-sûr mais aussi -et je pense même d’abord- à leurs fournisseurs de matières premières, les agriculteurs. Et ces agriculteurs auront besoin d’aide pour relever ces défis.

Et nous serions heureux de voir un tel dispositif d’aide dans le prochain rapport sur le développement durable.

Guénaël Robin

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK