Prime COVID-19 : soutenir tous les services d’aide et d’accompagnement à domicile

Monsieur le président, chers collègues

Je tenais dans le cadre de ce rapport qui concerne les dépenses des services de nos interventions sociales à intervenir à nouveau sur le thème des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD). En effet lors de la dernière session et notamment à la dernière Commission Permanente nous avions voté collectivement une amélioration du dispositif d’attribution de la prime covid-19 que nous avions réclamée pour l’ensemble des aides à domicile qui avaient poursuivi leur activité auprès des personnes âgées lors du 1er confinement. En effet initialement cette prime était conditionnée à un minimum d’au moins un mi-temps, ce que nous avions dénoncé à la dernière session car ce principe, selon nous, délaissait un nombre important de salariées, souvent engagées dans ces tâches difficiles à temps partiel. Lors de la dernière CP nous avons été satisfaits d’avoir vu votre majorité tenir compte de notre point de vue, car il est du rôle du Département de soutenir ces métiers d’aide et d’accompagnement des personnes à domicile.

Au fil des semaines, la crise sanitaire met en lumière de nombreuses injustices, dont le propre des politiques publiques est de les anticiper, sinon de les corriger. On le voit aujourd’hui avec l’appel au secours des petits commerces de proximité dits « non essentiels ».

Aujourd’hui, malgré les améliorations récentes apportées, je tenais à alerter à nouveau sur cette prime Covid et la situation des aides à domicile rémunérées directement par leur employeur par le biais des chèques emploi service universel, les CESU.

C’est ce qu’on pourrait appeler un « angle mort » dans le dispositif du versement de la prime pour les aides à domicile. Certaines de ces professionnelles, même si elles ont travaillé pendant le confinement, ne pourront pas la percevoir. Cette disparité est liée à leur statut : le mode gré à gré. Aucune administration n’intervient et le particulier est directement l’employeur de l’aide à domicile.

En août dernier, le président de la République avait annoncé le versement, d’ici Noël, de cette prime pour les aides à domicile ayant travaillé pendant le confinement. Celles dont nous parlons aujourd’hui ne seront pas concernées. Dans un premier temps c’est l’UNA, l’Union nationale de l’Autonomie, qui à travers un communiqué de presse a alerté les pouvoirs publics et l’opinion. Depuis quelques semaines ce sont des pétitions qui ont pris le relais.

Cette Fédération nationale des services aux particuliers demande dans le cadre du versement de cette « prime covid » de ne pas, tout simplement abandonner, sous prétexte de difficulté technique, ces quelques 250 000 personnes qui sont rémunérées directement par leur employeur et de proposer des mesures compensatoires à cette prime afin qu’il y ait davantage d’équité dans le soutien à cette profession.

Plus généralement les fédérations de la profession alertent, depuis plusieurs années, sur l’incapacité des services à répondre à l’intégralité des demandes d’accompagnement en raison des difficultés de recrutement, faute d’attractivité des métiers, alors même que les besoins vont fortement s’accroître. Selon un récent rapport ministériel sur les métiers du grand âge et de l’autonomie, les prévisions sont l’ordre de 93 000 postes supplémentaires nécessaires d’ici 2024. Les collectivités départementales doivent d’être particulièrement attentives à cette situation en lien avec le domaine de l’autonomie des personnes âgées.

Aussi, dans le contexte de la revalorisation de ces métiers et particulièrement d’un traitement équitable de l’ensemble du personnel qui s’est engagé, et qui s’engage toujours, auprès des personnes âgées du département, nous souhaiterions que notre Assemblée se penche sur cette question qui relève du domaine de compétence des solidarités.

Christian Derrien

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK