Soyons attentifs aux maisons d'accueil des personnes âgées

Monsieur le président, chers collègues,

Dans la continuité de l’examen du compte administratif, nous souhaitons attirer votre attention sur les MAPA, ces maisons d’accueil pour personnes âgées. Elles s’adressent à des retraités qui sont dans l’impossibilité de résider seuls chez eux mais qui, cependant n’ont pas besoin (ou peu) d’assistance médicale.

Construites pour beaucoup d’entre elles au début des années 90, elles correspondaient à la demande d’un public nombreux soucieux de se rapprocher des bourgs et désirant retrouver une vie en collectivité. Les listes d’attente pour pouvoir y accéder pouvaient être très longues.

Depuis, des évolutions importantes ont eu lieu. Les listes d’attente ne sont plus aussi longues et certaines de ces structures peinent à remplir les logements.

Plusieurs explications peuvent être apportées quant à cette situation. La plus importante est sans doute les politiques menées depuis plusieurs années pour favoriser le maintien au domicile. En effet, des aides conséquentes sont proposées et attribuées par le Département pour permettre aux personnes âgées de rester dans leur domicile avec des adaptations et une meilleure accessibilité. C’est sans doute une bonne chose.

Grâce à cela, les personnes âgées restent chez elles le plus longtemps possible et quand cela n’est plus possible, elles sont dirigées vers un EHPAD qui leur permettra une prise en charge médicale.

Ces MAPA se retrouvent donc, pour plusieurs d’entre elles sur le Département dans des situations de plus en plus délicates et financièrement, l’équilibre est de plus en plus difficile à trouver. Les seules recettes de ces structures sont les loyers payés par les résidents. Quand il y a moins de résidents, il y a moins de recettes.

La crise sanitaire a encore accentué cette difficulté et certaines MAPA ont dû faire face à des clusters importants et n’étant pas médicalisées et peu préparées à ce type de crise, il a parfois été difficile d’y faire face.

Nous pensons qu’il serait important que le Département mène une réflexion globale sur l’avenir de ces structures et travaille sur des évolutions possibles en proposant et en innovant sur d’autres publics susceptibles de pouvoir intégrer ces structures, comme par exemple des personnes handicapées vieillissantes. Nous pensons qu’il y a une certaine urgence à le faire.

Je vous remercie.

Florence PRUNET

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK